OCMW Kortrijk

 

Comment la participation et/ou l'intégration des connaissances issues de l'expérience personnelle de la pauvreté et/ou de l'exclusion sociale sont-elles utilisées/mises en œuvre dans les interventions en faveur des utilisateurs ou du public ?

SIEN est un magazine gratuit « pour les personnes défavorisées » qui paraît quatre fois par an. Il a été conçu et développé de manière unique en son genre et en tant que concept par des personnes en situation de pauvreté. Ce ne sont pas les fonctionnaires, les travailleurs sociaux et les échevins qui prennent la parole, mais les personnes en situation de pauvreté elles-mêmes. Elles définissent les thèmes et racontent comment elles abordent les choses. Elles inspirent les autres.

Chaque SIEN a un thème central : alimentation, fin d'année, santé, logement, rencontre, loisirs, enfants, etc. Dans SIEN, vous pouvez découvrir comment les gens vont de l'avant, améliorent leurs conditions de vie, sont plus forts en tant que consommateurs.

SIEN embellit également la vie avec des chèques-cadeaux et des bons de réduction, une section cuisine avec des chefs étoilés locaux ou encore une rubrique lifestyle. Les intervenants professionnels utilisent les informations pour des interventions qui aident les personnes qui se trouvent dans des situations semblables à aller de l'avant.

SIEN présente un tirage de 4500 exemplaires et est distribué dans 100 endroits de la ville, comme des centres de quartier, des refuges pour sans-abris, des bibliothèques, l'hôtel de ville, des mutuelles, des hôpitaux, des médecins, des écoles.

Comment la participation et/ou les connaissances issues de l'expérience personnelle de la pauvreté et/ou de l'exclusion sociale sont-elles intégrées dans les approches de la lutte contre la pauvreté (réflexion, processus, évaluation, etc.) ?

SIEN travaille de 5 façons :

  1. SIEN autonomise. Par le biais de bonnes pratiques, d'exemples de renforcement de l'autonomie et d'attention portée aux aspects humains. Un concept de personnes en situation de pauvreté.
  2. Les sujets sont déterminés par les personnes en situation de pauvreté et développés lors des réunions de rédaction.
  3. Les gens se retrouvent dans SIEN et racontent leur histoire à partir de leur propre expérience.
  4. Sien part de la demande et non de l'offre. Dans une section centrale, une sorte de Trotter pour les personnes moins bien loties, les gens fournissent eux-mêmes les questions. À partir de leurs expériences personnelles, dans leur propre langue, en toute simplicité. Le point de départ n'est donc pas « Vous pouvez obtenir une prime pour l'isolation de la maison », mais plutôt une réponse pertinente à la question : « Je n'ai plus les moyens de payer mon chauffage, que faire ? ».
  5. Grâce aux questions des personnes en situation de pauvreté, l'offre et l'organisation des services et de l'assistance sont adaptées et améliorées. SIEN et les personnes qui le développent améliorent donc l'offre. La demande dirige l'offre.

Comment l'impact de la participation et de l'intégration des connaissances issues de l'expérience personnelle de la pauvreté et/ou de l'exclusion sociale est-il intégré dans les textes de référence de l'organisation ?

SIEN est illustratif de notre politique de lutte contre la pauvreté : être présent sur le terrain, travailler un maximum et de manière proactive pour informer et exploiter les droits et services. Nous partons des situations et des questions des gens, et non de ce que nous pensons être mieux. SIEN communique avec les personnes en situation de pauvreté sur ce qu'il se passe, dans un langage et des situations reconnaissables. Cela se reflète dans notre mission et notre vision, dont « power to people » est la devise.

SIEN parle la langue des gens. Cela s'exprime aussi dans d'autres initiatives que nous avons prises entre-temps. Nous avons créé le Sien Online, un site Web où vous pouvez découvrir de manière très simple quels services, droits et avantages sont disponibles (https://sienonline.kortrijk.be). Le site Web a été créé à partir du point de vue des gens : comment recherchent-ils l'information ? Comment formulent-ils leur demande ?

Nous adaptons donc constamment le fonctionnement et la communication en fonction des préoccupations des gens, de la façon dont ils cherchent de l'aide et de ce qu'ils en disent.